Le train touristique entre les gares de Pontivy et de Lambel-Camors (Morbihan) devrait prendre son service au printemps prochain. Et peut-être même à Noël...

Le train touristique entre les gares de Pontivy et de Lambel-Camors devrait prendre son service au printemps prochain. Et peut-être même avant, puisque CFCB souhaite proposer des trains du Père Noël en décembre...
Le train touristique entre les gares de Pontivy et de Lambel-Camors devrait prendre son service au printemps prochain. Et peut-être même avant, puisque CFCB souhaite proposer des trains du Père Noël en décembre… (©DR)

Le train touristique de la vallée du Blavet, entre les gares de Pontivy et de Lambel-Camors (Morbihan), sera bientôt sur les rails. L’association CFCB pense accueillir ses premiers voyageurs au printemps prochain. Voire à Noël…

Les feux passent au vert

Petit à petit, les barrières se lèvent et les feux passent au vert. Le projet de train touristique dans la vallée du Blavet arrive bientôt à destination. Le dossier est quasiment bouclé, au point que le train touristique pourrait accueillir ses premiers voyageurs, entre les gares de Pontivy et Lambel-Camors, au printemps 2021. Et peut-être même avant, avec un train du Père Noël, à la fin de cette année…

« Ça a été laborieux »

« Ça a été laborieux, mais on arrive au bout du tunnel », assure Frédéric Chaldebas, vice-président de CFCB (Chemin de fer du Centre-Bretagne), association propriétaire de trains et wagons historiques qui exploitera les 35 km entre Pontivy et Lambel-Camors.

Les élus et les offices de tourisme étaient convaincus depuis belle lurette du potentiel touristique et économique de ce train. Restait à convaincre SNCF Réseau, propriétaire des infrastructures ferroviaires. « C’est elle qui donne (ou pas) l’autorisation de circulation. »

Un précédent entre 2003 et 2009
Entre 2003 et 2009, un train touristique circulait, de juillet à septembre, entre Pontivy et Auray (55 km).
À l’époque, l’association Paber (Pays d’Auray, Rohan, Blavet, Espace rail) affrétait un ancien TER pendant la saison estivale. Mais, comme la Paber utilisait 4 km de voies SNCF, un conducteur de la SNCF était spécialement détaché pour piloter ce TER. Et la Paber devait cracher au bassinet. « À la fin, ça nous coûtait trop cher. Et le petit train a été remisé », nous avait confiés, en mars 2018, Rémi Beauto, président de la Paber.

Trains de fret et trains de voyageurs

Et le problème, c’est que la ligne entre Pontivy et Lambel-Camors n’est pas habilitée à faire circuler des trains de voyageurs. Jusqu’à présent, seuls les trains de fret peuvent l’emprunter.

Les règles ne sont pas les mêmes quand on fait circuler un train de marchandises et un train de voyageurs. Du coup, il a fallu que SNCF Réseau réécrive entièrement des tas de procédures et de consignes… 

Ça a pris du temps. Mais, c’est fait.

Une convention de 30 pages

Fin juin, SNCF Réseau a adressé une convention à CFCB, dans laquelle il est rappelé les règles d’utilisation de la ligne Pontivy-Camors-Lambel, les jours de circulation, les procédures de sécurité… « Trente pages qui nous disent comment procéder et surtout comment éviter toute collision avec un train de fret. »

En septembre, cette convention devra être visée par les intercommunalités par où passera le train touristique : Pontivy Communauté, Centre-Morbihan Communauté et Auray Quiberon Terre Atlantique.

Le problème de l’acheminement

Après la paperasse, un autre problème va devoir être surmonté par CFCB : comment acheminer ses machines et ses wagons actuellement en voie de garage. « Une partie est à Loudéac ; l’autre est à Saint-Brieuc. »

Ce qui est à Loudéac sera acheminé par la route jusqu’à Pontivy. Ce qui est à Saint-Brieuc sera transporté, via Rennes, par le train.

« Tout ça, ça un coût. » Environ 10 000 euros par la route pour un autorail long de 27,7 m. Et entre 5 et 8 000 euros par le rail pour trois engins. Sans oublier le stock de pièces de rechange, « notre trésor de guerre. »

L’association CFCB veut utiliser deux autorails (un autorail X 2800 de 1952 et un autorail X 3800 de 1959) et deux remorques (wagons de type XR 6 000) sur la ligne touristique. « On attend aussi un engin de secours diesel et un autorail X 2 400. Ça donne de bonnes capacités. »

Un autorail peut emporter 62 voyageurs et un wagon compte 75 places…

Une partie des bénévoles de l’association Chemin de fer du Centre-Bretagne, en train de réparer un ancien autorail.
Une partie des bénévoles de l’association Chemin de fer du Centre-Bretagne, en train de réparer un ancien autorail. (©CFCB)

Dépaysement assuré

Le premier train touristique pourrait circuler en décembre prochain et s’inspirer des trains du Père Noël que CFCB affrétait entre Loudéac et Saint-Brieuc.

Ce serait symbolique pour démarrer la saison 2021, au printemps. C’est un train à thème. Sur le parcours, on s’arrête, on embarque le Père Noël, on distribue les cadeaux, on prend des photos, on propose un goûter… En 2016, les 740 places ont été vendues en trois jours !

La rentabilité de cette ligne ne semble pas inquiéter CFCB. « On n’a jamais eu de subvention quand on le faisait et les trains rapportaient de l’argent ! »

Entre juin et septembre 2021, CFCB envisage de faire circuler deux ou trois trains par semaine entre Pontivy et Lambel-Camors. Avec ou sans animation. Avec ou sans thème.

Une jolie balade le long de la vallée du Blavet au rythme d’un authentique autorail des années 50. Avec une halte à Saint-Nicolas-des-Eaux. 35 km de dépaysement assuré !

La CFCB coincée au dépôt de Loudéac
L’association Chemin de fer du Centre-Bretagne (CFCB) est née en 1992. Son but : restaurer le patrimoine ferroviaire roulant et assurer la circulation de trains touristiques. L’association, présidée par Michel Joindot, compte aujourd’hui une soixantaine de bénévoles, dont un noyau dur d’une vingtaine de personnes.
CFCB a déjà restauré une dizaine de véhicules ferroviaires des années 50 à 60, ainsi que des machines diesel de manœuvre des années 70, des remorques (autorail sans moteur) du début des années 80 et un wagon couchettes qui sert de bureau, de cantine et de vestiaires à l’association.
Entre 2005 et 2016, CFCB a fait circuler un train touristique sur la ligne Loudéac-Saint-Brieuc. Mais faute de maintenance, cette ligne est désormais fermée à la circulation par la SNCF. Finis les trains touristiques de la CFCB, qui est maintenant réduite à des activités de maintenance et de restauration de ses matériels au dépôt de Loudéac. On comprend alors mieux son intérêt pour proposer des trains touristiques entre les gares de Pontivy et Lambel-Camors…

Infos pratiques. CFCB, renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06 77 09 38 86, 06 04 09 72 58.

le personnel de la gare d auray mobilise pour cette 5206424 676x412p
Le personnel de la gare d’Auray mobilisé pour cette inauguration saisonnière : Jean-Pierre Madec, responsable de la ligne, ici au centre de la photo avec Julien Hascoet, conducteur, Romain Guilloux, chef des conducteurs d’Auray, Nicolas Nuel, chef d’escale, et Hélène Labassa, contrôleuse. (Loïc Blanchard)

Il fête cette année ses 35 printemps ou plutôt ses 35 étés… Le Tire-bouchon est plus jeune que jamais et compte bien continuer à séduire les touristes comme les autochtones.

« Le Tire-bouchon, c’est le train de l’été. Quand on le programme on sait que la belle saison est de retour et que cela sent bon les vacances ». Pour Thierry Chaplais, le chargé de communication, dans cette période compliquée du déconfinement, la réouverture de la ligne Auray-Quiberon ce samedi matin, a un parfum particulièrement savoureux. « Certes nous avons un peu de retard sur l’organisation habituelle, mais Covid-19 oblige, il a fallu s’adapter et attendre une quinzaine de jours supplémentaires que la maintenance soit effectuée. Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’ouvrir la ligne en toute sécurité pour l’été et c’est une très bonne chose ». Ce samedi, les premiers voyageurs ont donc embarqué 

à 12 h 05 direction les plages mais dans le strict respect des mesures sanitaires, c’est-à-dire avec le masque sur le visage. « Il est obligatoire dans la gare et dans le train. Sans, on ne monte pas dans le wagon », assure Anne Dewulf, la cheffe de gare.

Vitesse de croisière à partir du 4 juillet

Pour ce week-end de lancement seulement quatre rotations sont prévues. Durant la semaine du 29 juin au 3 juillet, le rythme s’accélérera un peu avec six allers-retours par jour, avant d’atteindre sa vitesse de croisière dès le début des vacances d’été le 4 juillet prochain. Le Tire-bouchon proposera alors dix rotations dans la journée jusqu’à la fin août.

Les passagers sont très attachés à ce train. Il a son importance dans le trafic de la presqu’île

« C’est le maximum que l’on puisse faire avec cette voie unique », estime Jean-Pierre Madec, le directeur de la ligne. Une ligne qui permet cependant d’embaucher 25 saisonniers, et qui reste très fréquentée durant tout l’été. « Les passagers sont très attachés à ce train. Grâce à ses neuf arrêts, il offre de nombreuses dessertes. Il a son importance dans le trafic de la presqu’île puisqu’il transporte en moyenne 3 500 voyageurs par jour. Et cela peut aller jusqu’à 4 500 les jours de forte affluence », souligne Jean-Pierre Madec, le directeur de la ligne. Des chiffres toujours en hausse puisque de 145 000 voyageurs en 2009 on est passé à 182 000 l’an passé.

a 12 h 05 tapantes ce samedi la premiere rame du 5206425 576x372p
À 12 h 05 tapantes ce samedi, la première rame du Tire-Bouchon pour l’été 2020 s’est élancée depuis le quai N°1 de la gare d’Auray en direction de Quiberon. Un événement visiblement très attendu, puisque pas moins de 150 voyageurs masqués (dont deux équipés de vélos), ont pris place dans l’un ou l’autre des trois wagons. (Loïc Blanchard)

Développer le service à l’année

Reste l’avenir. Pour la Région Bretagne, comme pour les élus locaux ou la SNCF, la pérennité de la ligne n’est pas remise en cause. Bien au contraire. « Cette petite ligne estivale correspond à un vrai besoin. À tel point que l’on envisage même de la développer pour qu’elle fonctionne à l’année. Mais cela suppose des investissements, des choix financiers et politiques. Pour le moment nous en sommes à la réflexion. Toutefois les choses avancent dans le bon sens puisqu’une étude de faisabilité va être lancée d’ici quelques mois pour savoir comment améliorer le service aux usagers sur l’année », note Rose-Marie Louis, attachée de presse à la Région.

Municipales 2020 à Auray. Les candidats plutôt d’accord sur la question des transports

Vélos, tire-bouchon, transports en commun… Les candidats à la mairie d’Auray (Morbihan) semblent d’accord sur ces sujets. En revanche, la piétonnisation du centre-ville les divise.

.

La place du vélo

S’il y a une question qui semble mettre tout le monde d’accord, c’est celle de la place du vélo.  Nous mettrons en place un système de location, Auray Lib’, lance Joseph Rochelle. Et des parkings dédiés pour les vélos.  Pour Benoît Guyot,  le schéma directeur des pistes cyclables d’Aqta existe et est à mettre en réalité .  Il faut aller plus vite , abonde Claire Masson, qui rappelle qu’Aqta a obtenu un million d’euros de subventions de la part de la Région.  Seulement Carnac a utilisé 100 000 € pour une piste cyclable.  Pour Jean Dumoulin,  un plan vélo ambitieux  passe par  une prime à l’achat de vélo ou de trottinette électrique .

Renforcement des transports communs

Autre point de convergence : le renforcement des transports en commun. Dans Auray, avec de nouvelles lignes pour Auray bus, mais aussi entre les communes alentour. Une compétence qu’Aqta aurait pu réclamer, assure Claire Masson.  Si Aqta passait en communauté d’agglomération, elle gagnerait deux millions d’euros de subventions de l’État par an et prendrait la compétence des transports en commun actuellement à la Région. 

La piétonnisation, sujet sensible

Tous s’accordent aussi sur le maintien du tire-bouchon, le train qui relie Auray à la presqu’île de Quiberon pendant l’été. Et penchent pour une mise en circulation annuelle. Claire Masson rappelle qu’un lieu existait pour que les trains se croisent et que les cadences augmentent. Jean Dumoulin suggère, plutôt qu’une rénovation des voies trop onéreuse selon lui,  une solution de trains légers ou de bus à l’hydrogène avec une centrale près de la gare d’Auray ».

Les candidats n’ont pas la même vision concernant la piétonnisation totale du centre-ville. Impossible ,  catastrophique pour les commerçants , selon Joseph Rochelle et Jean Dumoulin qui préfèrent une solution ponctuelle, lors de certains événements. Pour Claire Masson,  mélanger vélos, voitures, piétons, ne fonctionne pas . Elle veut faire encore plus de places de stationnement autour du centre pour  dégager les voitures du centre-ville au niveau du stationnement et faire de vrais espaces de vie avec fontaines, arbres, jeux pour enfants .

Ouest-France Publié le 21/06/2020 à 18h50

Tire-bouchon. Le train revient sur Auray-Quiberon : « Ouvrez l’œil ! »

Dès ce lundi 22 juin 2020, des trains vont circuler sur la voie du tire-bouchon afin de remettre la ligne en fonctionnement. La SNCF appelle à la plus grande prudence.

Le passage à niveaux de Penthièvre, à Saint-Pierre-Quiberon, va reprendre du service.

Le passage à niveaux de Penthièvre à Saint Pierre Quiberon va reprendre du service ARCHIVES OUEST FRANCE

Le passage à niveaux de Penthièvre, à Saint-Pierre-Quiberon, va reprendre du service. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

 

C’est reparti pour une saison. Le tire-bouchon, train estival reliant Auray à Quiberon, reprend du service le samedi 27 juin 2020. En attendant, des trains vont circuler afin de vérifier les voies. Dès ce lundi 22 juin 2020, les 31 passages à niveau de la ligne Auray – Quiberon retrouveront ainsi l’ensemble de leurs fonctionnalités.

Parmi ces passages à niveau, 23 sont équipés de demi-barrières, 5 sont à Croix de Saint-André et 3 sont situés sur des chemins piétonniers. La ligne Auray-Quiberon sera rouverte aux circulations commerciales du 27 juin à septembre 2020.

La SNCF rappelle qu’en dehors des gares, le domaine ferroviaire est privé. Seuls les agents autorisés peuvent y accéder. Elle précise que "toute intrusion sur le domaine ferroviaire est illégale et passible d’une peine de 3 750 euros et 6 mois d’emprisonnement".