Bienvenue chez PARBER

 Patrick PERSIN, notre Président est décédé

 

2019 pas de circulation prévue.

 

Vous êtes sur le site de PARB'ER, on écrit aussi PARBER

(Pays d'Auray, Rohan, Blavet - Espace Rail)

L'objectif premier de cette association est de

faire revivre la mémoire du rail

dans le Morbihan

et plus particulièrement sur l'axe Pontivy - Auray - Quiberon,

dans ses composantes humaines, sociales, géographiques et historiques.

 

Pour nous contacter : PARBER

 

Bulletin d'Adhésion

 

 

La CGT multiplie les rencontres et les réunions publiques. Objectif : créer un collectif pour relancer la ligne entre Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) et Auray (Morbihan).

Près de 70 personnes ont assisté, vendredi 29 novembre, à Pontivy, à la deuxième réunion de la CGT pour rouvrir la ligne de chemin de fer Saint-Brieuc-Auray.https://static.actu.fr/uploads/2019/12/25038-191205103445663-0-300x200.jpg 300w, https://static.actu.fr/uploads/2019/12/25038-191205103445663-0-768x512.jpg 768w, https://static.actu.fr/uploads/2019/12/25038-191205103445663-0-780x520.jpg 780w, https://static.actu.fr/uploads/2019/12/25038-191205103445663-0-500x333.jpg 500w" sizes="(max-width: 800px) 100vw, 800px" width="800" height="533">
Près de 70 personnes ont assisté, vendredi 29 novembre, à Pontivy, à la deuxième réunion de la CGT pour rouvrir la ligne de chemin de fer Saint-Brieuc-Auray. (©Pontivy Journal)

La CGT en est convaincue : le train en Centre-Bretagne, pour les voyageurs et pour le fret, est une solution d’avenir. Le syndicat multiplie les rencontres et les réunions publiques. Son objectif : créer un collectif pour moderniser la ligne entre Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et Auray, via Pontivy (Morbihan).

Peser sur les pouvoirs publics

La CGT a déjà rencontré une dizaine d’élus. Beaucoup d’autres sont encore à convaincre. Sans oublier les chefs d’entreprise.

 

La CGT organise aussi des réunions publiques pour informer la population sur son projet de créer un collectif pour peser sur les pouvoirs publics à moderniser la ligne de chemin de fer entre Saint-Brieuc et Auray, en passant par Loudéac et Pontivy.

Après Saint-Brieuc, le 28 novembre, c’est à Pontivy qu’a été organisée, vendredi 29 novembre, une deuxième réunion publique. Près de 70 personnes ont assisté cette présentation. Dont une petite dizaine qui a, d’entrée, affiché son opposition au projet :

Pensez aux riverains de la ligne. Quand un train de marchandise passe, les maisons vibrent.

Lire aussi : Près de vingt ans après, un projet pour le retour de la ligne Saint-Brieuc-Auray !

 

« Un camion dégrade 10 000 fois plus la chaussée qu’une voiture »

Au micro : Simon Brunet, secrétaire général de la CGT cheminot de Saint-Brieuc. Avec lui, un autre cheminot de la CGT, Mikaël Deunf :

Le TGV a accaparé des financements importants, cause principale de la dette du système ferroviaire, au détriment du transport du quotidien. C’est maintenant une priorité d’investir massivement dans le transport ferroviaire de proximité, en coordination avec tous les autres modes de transports tels que le bus, le vélo et même le co-voiturage.

L’idée que porte la CGT cheminot de Saint-Brieux est simple : rouvrir la ligne entre Saint-Brieuc et Auray aux trafics voyageurs et marchandises.

Cette ligne de chemin de fer existe. Même si 12 km entre Loudéac (Côtes-d’Armor) et Saint-Gérand, (Morbihan) ont été neutralisés depuis 1991. À part quelques trains de marchandises, plus aucun train de voyageurs circule entre Pontivy et Auray depuis 1986.

 

140 000 habitants reliés

« Un train de marchandise de 20 wagons, c’est l’équivalent de 40 camions. Un camion dégrade 10 000 fois plus la chaussée qu’une voiture. »

Enjeux environnementaux, enjeux sociaux, enjeux économiques… Simon Brunet et Mikaël Deunf ne voient que des avantages à rouvrir la ligne Saint-Brieuc-Auray.

Le potentiel voyageur est important, avec les bassins de Saint-Brieuc, Loudéac, Pontivy et Auray. L’engorgement est premier fléau constaté par les salariés qui doivent se rendre tous les matins à Saint-Brieuc. Saint-Brieuc est le centre d’une étoile ferroviaire qui doit être repensée pour proposer une desserte plus efficace et plus fréquente afin de favoriser l’effet réseau. Quant au Centre-Bretagne, le levier sur lequel les pouvoirs publics peuvent agir est la remise en place de services publics, en l’occurrence offrir aux entreprises, aux salariés et aux touristes un moyen de transport de voyageurs et de marchandises sûr, efficace et rapide. La ligne permettrait de relier 140 000 habitants et une quinzaine de chargeurs à Saint-Brieuc et à Auray.

Faire passer des trains à 100 km/h

Actuellement, la ligne entre Saint-Brieuc et Auray est longue de 123 km et compte 82 passages à niveau, 67 ouvrages d’art (dont deux ponts fatigués), quatre gares de croisement. Les trains de marchandises ne peuvent pas y rouler à plus de 50 km/h. « Il faut donc la moderniser et la sécuriser. »

Rénovation de la ligne, suppression de passages à niveau, automatisation des aiguillages, création de quais (Saint-Gérand, Saint-Nicolas-des-Eaux, Baud, Lambel-Camors, Pluvigner), modernisation de la signalisation et des gares de Pontivy et Loudéac, « de manière à faire rouler les trains à 90-100 km/h. »

Selon la CGT, une centaine d’emplois de cheminots (conducteurs, contrôleurs, agents d’accueil, commerciaux) pourraient être ainsi générés.

Au micro, Simon Brunet, secrétaire général de la CGT cheminot de Saint-Brieuc, Mikaël Deunf, secrétaire adjoint de la CGT cheminot, et Ronan Le Nézet, secrétaire général de l’union locale CGT Pontivy-Loudéac.
Au micro, Simon Brunet, secrétaire général de la CGT cheminot de Saint-Brieuc, Mikaël Deunf, secrétaire adjoint de la CGT cheminot, et Ronan Le Nézet, secrétaire général de l’union locale CGT Pontivy-Loudéac. (©Pontivy Journal)

Coût estimé entre 100 et 200 millions d’euros

La CGT estime le coût de cette ligne entre 100 et 200 millions d’euros.

Plus, si on veut un vrai report multimodal. Rouvrir une ligne ferroviaire, c’est fermer des lignes de bus et les redéployer pour affiner les dessertes locales. C’est un investissement sur cinq décennies. Pour les générations futures. Ce coût est secondaire si on sait où aller chercher l’argent. D’ailleurs, avec l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le Président de la République s’est engagé à financer le ferroviaire…

Lire aussi : L’idée d’un train touristique entre Pontivy et Lambel-Camors est relancée

« L’axe Triskel, un combat d’arrière-garde »

Présent ce soir-là à Pontivy, Roland Le Sauce, président du Conseil de développement du pays d’Auray, abonde dans le sens de la CGT :

Le développement de la Bretagne se fait à l’Est. La ligne nord-sud est une nécessité pour que le Centre-Bretagne ne devienne pas une réserve d’Indiens. Le devenir de notre territoire, c’est l’emploi. Et la création d’un collectif est la meilleure des solutions.

Un homme dans la salle ajoute :

Il y a des entreprises qui ne s’installent pas en Centre-Bretagne parce qu’il n’y a pas d’autres solutions que la route. D’ailleurs, l’axe Triskel est à mon sens un combat d’arrière-garde !

Passer la vitesse supérieure

Après les rencontres avec les élus, les chefs d’entreprise et les réunions publiques, la CGT entend passer à la vitesse supérieure. Organiser des rassemblements sur des sites et mettre le Conseil régional autour d’une table.

Ce qui compte, c’est que la population s’empare de ce projet. Si on a 140 000 personnes le long de la ligne, on pourra y arriver», assure Simon Brunet.

 Patrick PERSIN, notre Président est décédé

 

 

pas de circulation prévue.

 

 

 

Vous êtes sur le site de PARB'ER, on écrit aussi PARBER

(Pays d'Auray, Rohan, Blavet - Espace Rail)

L'objectif premier de cette association est de

faire revivre la mémoire du rail

dans le Morbihan

et plus particulièrement sur l'axe Pontivy - Auray - Quiberon,

dans ses composantes humaines, sociales, géographiques et historiques.

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Bulletin d'Adhésion

 

SNCF. Guillaume Pepy veut un grand débat sur l'avenir des petites lignes

Un TER en gare de Bayeux, dans le Calvados.
Un TER en gare de Bayeux, dans le Calvados.
Publié le
Abonnez-vous à Ouest-France

">

« Un peu d'émotion et un peu de raison » : le patron de la SNCF aimerait examiner les petites lignes au cas par cas, avec les citoyens, les entreprises et les associations.

Deux jours après avoir inauguré la nouvelle gare de Rennes, le patron de la SNCF Guillaume Pepy a appelé vendredi à « débattre » de l'avenir des petites lignes ferroviaires, menacées de disparition dans plusieurs régions.

« C'est un sujet sur lequel notre pays est extraordinairement émotionnel. C'est bien d'être émotionnel, mais ce n'est pas complètement idiot non plus, de temps en temps, d'être rationnel », a estimé Guillaume Pepy lors d'un débat aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). 

« Il faut essayer de faire un peu des deux : un peu d'émotion et un peu de raison », a-t-il estimé. « Si on vote émotionnellement, tout le monde est pour les petites lignes, surtout quand il ne les utilise pas », a-t-il répondu. 

« C'est le contribuable qui paie »

Or, « il faut être clair », a rappelé Guillaume Pepy: « c'est le contribuable qui paie » leur surcoût, « ce n'est pas le voyageur. » 

« Le contribuable, il a le droit de poser des questions, quand même. Il a le doit de dire: est-ce bien raisonnable? », a-t-il relevé. 

Notant que les petites lignes coûtent à la collectivité 1,7 milliard d'euros par an - soit 16% des concours publics au secteur ferroviaire - pour 2% des voyageurs, l'ancien patron d'Air France Jean-Cyril Spinetta estimait, dans un rapport rendu au gouvernement en février 2018, « a minima à 1,2 milliard d'euros annuels » l'économie réalisée si on les fermait toutes pour les remplacer par des autocars. 

La première solution est pour Guillaume Pepy de réduire le déficit « en étant plus efficace pour [exploiter] ces petites lignes ». « Ça, c'est notre boulot, et on a présenté une centaine de pistes pour baisser en gros de 15 à 20% les coûts »

Mesurer le rapport coût/efficacité des petites lignes

Il faudrait aussi « un débat citoyen, qui est de regarder pour chacune de ces petites lignes quel est l'avantage qu'elle procure à la population et quel est le coût qui est en face. Ce débat-là est très tabou en France », a-t-il poursuivi. 

« Ce qu'on souhaite, ce n'est pas qu'on ferme les petites lignes, ce n'est pas qu'on les gélifie, mais qu'on ait, comme un pays mature, un débat démocratique avec les citoyens, avec les associations, avec les entreprises, sur le rapport coût/efficacité de chacune de ces petites lignes », a expliqué le patron de la SNCF. 

Un diagnostic en cours

« A la fin, peut-être qu'il faut en garder 90% ; il faut peut-être en garder 70%... Mais en tous cas il faut débattre », a-t-il martelé. 

Devant le tollé suscité par les préconisations de Jean-Cyril Spinetta l'an dernier, le gouvernement s'était refusé à fermer les petites lignes, rebaptisées « lignes de desserte fine du territoire ». La ministre des Transports Elisabeth Borne a chargé en janvier le préfet François Philizot d'en réaliser un diagnostic complet et de proposer des solutions au cas par cas.

Horaires du Tire-Bouchon

En 2018, le Tire-Bouchon circulera tous les jours en juillet et août

ainsi que plusieurs week-end en juin et septembre.

Les tarifs TER Bretagne

Profitez de tarifs exceptionnels
TER Bretagne vous propose des tarifs fixes pour parcourir la ligne Auray-Quiberon rapidement et à petits prix : 

Les tarifs disponibles en ligne (seuls ces 2 tarifs sont disponibles en achat en ligne sur le site TER Bretagne et l'application SNCF)

  • Aller-simple : 3,50€ 
  • Aller-retour : 6,20€


Les tarifs disponibles en points de vente

  • Aller-simple : 3,50€ (4€ à bord)
  • Aller-retour : 6,20€
  • Enfant de moins de 12 ans : gratuit*
  • Carnet de 10 trajets : 24,20€
  • Pass journée : 7,90€
  • Pass saison : 117€

* Le tarif gratuit nécessite de récupérer un billet en gare - Enfant obligatoirement accompagné d'un adulte payant

Où acheter son billet ?

► En ligne sur le site TER Bretagne et l'application SNCF 


Au guichet dans les gares de :

  • Auray
  • Quiberon
  • Lorient
  • Hennebont
  • Vannes

En points de vente :

  • Offices de tourisme de Carnac, Erdeven, Ploiharnel centre ville ou gare, Quiberon, St Pierre-Quiberon ou La Trinité sur Mer
  • Campings de Plouharnel, Les Sables Blancs, Kerhostin > Le Relais de l'Océan
  • Penthièvre : Pâtisserie "Au P'tit Creux Breton"
  • Ploëmel : Café de la gare
  • Isthme

Informations pratiques

Navettes maritimes : Ticket aller-simple: 2 € - Navettes directes Gare SNCF de Quiberon vers embarcadères maritimes à chaque arrivée de trains, pour le retour demander l’arrêt au chauffeur.
 
Parking :  Des parkings sont à votre disposition dans toutes les gares de la ligne Auray-Quiberon.

Location de vélos : En partenariat avec SNCF, les loueurs Cycles Loisirs Quiberon et Vélocéan proposent la location de vélos à prix réduit pour les voyageurs :


  • Cycles loisirs : 32 rue Victor Golvan - Quiberon - 02.97.50.31.73/06.16.17.39.07
    Offre : 10% de réduction pour toute location supérieure à 3 jours sur présentation du billet Tire-Bouchon du jour
  • Vélocéan : Impasse des Violettes - Quiberon - 06.08.01.74.17
    Offre : 10% de réduction sur la location sur présentation d'un billet TER Bretagne
    Offre famille : Pour 4 vélos loués, dont 2 enfants, 1 location enfant offert

 

2019 Bonne année PARBER 1024

2018 01 10 B 82500 à Kerhostin

Sous-catégories